Rencontre du CETIM avec 3 experts du numérique

Les entreprises du numérique, le pilier de la transformation vers l’industrie du futur : rencontre avec le CETIM lors de Global Industrie Paris 2022

Rencontre avec le Cetim, une quotidienne animée par Jean-Sébastien Scandella (responsable éditorial du CETIM), sur les entreprises du numérique, le pilier de la transformation vers l’industrie du futur :

Invités : 

Retranscription partielle de l’échange :

> Est-il possible de passer au numérique en gardant son âme ? Que disent les industriels par rapport à cette numérisation ?

Jean-Sébastien : On nous vend le numérique est comme une solution à tout. Qu’en disent les entrepreneurs ?

Malek

Qu’est ce que garder son âme en tant qu’entrepreneur ?

  • C’est garder sa raison d’être : qui elle est, ce qu’elle souhaite créer comme valeur.
  • Et sa façon d’être : c’est le cahier des charges pour garder l’humanité dans l’entreprise

Oui c’est possible, il y a des façons de le faire, en partant de ce qu’on veut faire avant d’entrer dans le supermarché des technologies.

Anaïs :

Le numérique est un ensemble d’outils qui est mis à disposition des industriels et des entreprises pour améliorer leur performance.

Pour garder son âme, il faut tout d’abord définir les besoins, c’est-à-dire poser le bon diagnostic pour apporter la bonne réponse.

Le problème : il existe beaucoup de solutions sur le marché. Implémenter un outil prend du temps et demande une organisation au carré.

L’autre piège est de vouloir développer une solution maison, ultra-spécifiée pour répondre à ses besoins. Lorsqu’il faut faire évoluer, en général, il n’y a plus personne !

Une solution du marché est en général une meilleure réponse, à la fois en termes de temps, de cas d’usage, d’expérience et sur le plan financier. 

Isabelle :

Le numérique apporte la possibilité de construire sa solution, son SI, brique par brique.

On n’implémente plus un ERP comme on le faisait il y a 10-15 ans, ce n’est pas une solution qui est imposée mais au contraire, une solution qui se compose.

Ce qui est intéressant est de pouvoir interfacer un certain nombre de modules qui vont répondre à des enjeux spécifiques de l’entreprise. 

Là encore, il faut partir d’une vision : je positionne ma finalité, mes enjeux et les besoins du terrain. En fonction de ces éléments, je vais construire ma roadmap et composer ma solution numérique adaptée à mon entreprise.

“Partir d’un besoin, et non partir d’un outil”

Il y a 2 pièges à éviter : 

  • vouloir absolument acheter un outil parce que c’est la mode !
  • penser que le numérique est du plug & play : le numérique s’accompagne, car il s’agit d’une transformation, ce qui demande une montée en compétences, une évolution managériale, une évolution des pratiques.

“La prise en main et la formation à l’outil n’est pas la clé du succès, c’est le sens que l’on va donner à la démarche et l’accompagnement qu’on va en faire”

Chez Atipik Solutions, nous sommes éditeur de logiciel et nous distribuons via un réseau de consultants en excellence opérationnelle, car le digital est une transformation managériale qui s’accompagne.

L’important est de savoir pourquoi on numérise !

> Les entreprises sont-elles bien organisées et préparées dans ce changement ?

Malek

Très souvent, il y a une grande hétérogénéité : certaines sont très organisées et ont très bien anticipé. Mais il y a un grand nombre d’entreprises où le niveau d’organisation est insuffisant pour implémenter une solution pour digitaliser. Il y a donc un très grand risque de prendre des pratiques non optimisées et de les fixer avec des solutions digitales.

Les points-clés sont bien de repartir de la raison d’être et des enjeux de performance, puis de faire un travail préalable sur l’organisation pour aboutir à un cahier des charges fonctionnel et plus spécifique à l’outil que l’on va choisir.

> Le numérique est un outil d’attractivité pour l’industrie, est-ce vrai ? Est-ce que le numérique peut attirer les jeunes ?

Anaïs : Le numérique est omniprésent dans nos vies. L’industrie est encore éloignée de cette réalité ; il y a un côté hors du temps ou en retard par rapport aux vies quotidiennes.

Mais le numérique n’est pas suffisant pour attirer dans l’industrie : il faut prendre en compte ses activités, ce qu’elle produit, l’histoire qu’elle raconte, ce qu’elle offre à ses salariés, son implantation.

“L’attractivité est multifactorielle, cela ne se joue pas que sur le sujet du numérique.”

***************

> Intervention de Xavier Fauder / Benoît Gauthier, coordinateur : un espace digital dédié pour réindustrialiser la France – dans le cadre du salon

***************

> La numérisation combien ça coûte ?

Isabelle

Ce qui est important pour nous, éditeur de logiciel, qui travaillons sur le progrès et sur l’amélioration de la performance, c’est la valeur apportée au client.

Quand on identifie un certain nombre d’incidents tout au long du flux de production et qu’on les valorise en euros, on sait exactement dire ce qu’on peut attaquer comme non-performance et calculer le ratio entre le coût de l’outil et les gains générés pour l’entreprise.

C’est facile de justifier le coût pour notre solution WATSY puisque la valeur apportée au client est 10 à 20 fois supérieure au coût du logiciel.

La numérisation n’est pas que l’amélioration de la performance, on va pouvoir aussi travailler sur la digitalisation de l’animation des équipes, travailler sur un réseau social d’entreprise…

Et il n’y a pas toujours un ROI direct et immédiat comme pour notre solution numérique.

Par contre, cela peut être un enjeu d’attractivité, de cohérence avec la vision de modernité qu’on veut porter pour notre entreprise. Quand cela participe à un projet global d’entreprise, on est moins sur une notion de retour sur investissement pour ces nouvelles technologies.

> On a l’impression qu’il s’agit d’outils chers, doit-on faire des priorités ?

Malek : Je ne pense pas que les outils numériques soient des solutions chères : on a progressé en termes de coût comme pour la cobotique (projet d’une trentaine de milliers d’€).

Il y a beaucoup de cas de figures où on doit s’alerter pour une PME par exemple, quand elle dépasse 100 ou 150 K€ pour un nouvel ERP. Il est bon d’être accompagné par des acteurs externes indépendants pour pouvoir calibrer objectivement les solutions.

Anaïs

Il est difficile de répondre à la question du coût d’un projet, car cela dépend de la taille de l’entreprise, de sa situation financière, de son niveau de maturité sur ces sujets : en caricaturant dans certain cas, l’outil numérique n’a du sens que si on est allé au bout de la démarche Lean sur les processus. 

Ensuite, cela va dépendre de ce qu’on va vouloir implanter. Le ROI est très différent d’un projet de Cobot au projet d’un nouvel ERP ou de WMS.  La notion de prix acceptable est relative en fonction du projet de l’entreprise et ce ne sont pas toujours les enjeux d’amélioration de performance et de ROI qui sont regardés en premier.

Par contre, il faut bien comprendre l’outil et son impact au niveau de l’entreprise : il y a un besoin d’accompagnement dans ces changements et s’assurer d’avoir une cohérence avec les attentes des salariés.

“Implanter des écrans peut être mal vécu par les salariés si on n’est pas venu traiter leurs irritants au quotidien. Cela peut être vu comme une perte financière.”

> Une question de ressources : qui s’en occupe ?

Isabelle

Nous apportons une solution logiciel, avec l’ambition de “servir le terrain”, et donc d’être utilisé par l’intégralité des utilisateurs dans l’entreprise, de l’opérateur sur sa chaîne de production jusqu’au directeur d’usine. C’est un projet d’entreprise.

“La réussite d’un projet de transformation managériale et de transformation des pratiques part de la direction et va jusqu’au terrain.”

On a besoin de cette ambition et de positionner pourquoi on fait ce projet, de l’expliquer à l’ensemble des salariés, de faire participer quelques personnes des différentes fonctions de l’entreprise à la construction du projet, une vraie co-construction avec l’outil numérique, le consultant ou l’expert méthodes / amélioration continue de l’entreprise et l’entreprise elle-même. 

On construit un projet avec des ressources associées, sur une dizaine de jours, c’est donc peu de temps, mais on a quand même besoin de ressources disponibles pour configurer et implémenter la solution. On forme ensuite les équipes en 1 h puis on accompagne le démarrage sur le terrain.

> Des outils implémentables et en un seul clic : la notion de formation est-elle importante ?

Malek : Oui il y a des formations rapides et peu coûteuses. Très souvent, on peut identifier un collaborateur qui se chargera de former les autres en interne et permet de faire du Test & Learn et être dynamique dans la façon de travailler.

Pour certains outils on va être sur des choses plus élaborées, comme des solutions d’ingénierie systèmes, qui nécessitent une capacité à appréhender ces solutions et une formation plus complète. 

> Le rôle du patron est très important ; dans une PME il y a parfois de la résistance au changement ?

Malek : Il est très important d’identifier un sponsor en interne pour ensuite dérouler dans l’équipe et la DG est le meilleur sponsor envisageable. Le patron a donc un rôle clé, mais ce n’est pas lui qui va exécuter, le sujet doit ensuite être pris par les opérationnels, les opérateurs de la performance, et pas seulement les acteurs de l’IT.

Le second aspect est de faire du sur-mesure là où c’est nécessaire.

Anaïs : Le patron peut être moteur ou un frein. S’il a la conviction, cela va être clé comme dans tout projet de transformation. 

Avant l’étape de déploiement, il y a des résistances à y aller. Parfois certains ne voient les bénéfices que cela va avoir dans le quotidien, gestion des opérations, soit en tant que réponses aux attentes clients, et donc ne s’occupent pas du sujet.

Même si la crise Covid a accéléré des choses, les entreprises peuvent avoir certaines résistances : manque de connaissance, manque de visibilité sur le ROI, manque de ressources pour porter ces sujets… Beaucoup de freins à la dynamique.

> En termes de financement, pour une PME, c’est difficile d’aller voir son banquier pour un projet numérique ?

Anaïs : Certaines entreprises sont équipées pour aller chercher des subventions et ont des interlocuteurs pertinents. Au-delà des aides, l’entreprise va d’abord consolider ses besoins ? Et quand le besoin est avéré, ils vont alors chercher à financer, sur fonds propres ou en se tournant vers un prêt mais n’ont pas toujours le réflexe de s’interroger sur l’existence d’un dispositif d’aide ? La question est plutôt : est-ce que les dispositifs sont bien dimensionnés et utiles ? 

Les dispositifs sont-ils bien visibles ?

> Les risques en terme de cybersécurité : Comment ne pas mettre son entreprise en danger avec la numérisation ?

Malek : Au quotidien, le ransomware est assez fréquent : cela arrive à des entreprises qui peuvent être piégées dans leur flux de production ou leur flux de vente. C’est un risque important pour une entreprise industrielle, particulièrement en B2C. Ce qui peut être important, c’est d’avoir des sauvegardes régulières pour éviter de perdre plusieurs semaines de données commerciales par exemple.

Ce qui est sûr c’est que personne n’est à l’abri. Il faut travailler avec des professionnels pour réduire les risques.

Isabelle : Il ne faut pas hésiter à se faire aider : nous même qui travaillons sur des logiciels, en utilisant l’IoT pour se connecter aux machines par exemple, on prend la cybersécurité extrêmement au sérieux. Il est évident que nos clients doivent être protégés par rapport à ça. 

On se fait aider par des organismes qui sont spécialisés dans la cybersécurité ; chaque année, nous allons avoir notre plan d’action de consolidation de notre logiciel et des interfaces, souvent sur les échanges de données. On est plutôt dans la réception et non dans l’émission ; il y a des bonnes pratiques, des choses simples et des choses plus complexes qui nécessitent des experts en termes d’architecture et de réseau.

Nous apportons ces connaissances aux PME et ETI pour aider le client à structurer son architecture et la faire évoluer si besoin. Nous avons aussi un rôle de conseil et essayons d’amener des bonnes pratiques.

Anaïs : Chez les industriels, il y a encore un manque de maturité sur le sujet ; il y a des bases à mettre en place et on ne sait pas toujours par où commencer. Bien sûr cela dépend des secteurs d’activité. Il existe beaucoup de formations et de sensibilisation mais la gestion de risque reste assez faible.

***************

Intervention dans le cadre du salon : Les GoldenTech – la compétition. 

****************

> Les outils à la disposition des entreprises pour numériser et l’interopérabilité :

Isabelle : Bien sûr, l’interopérabilité est importante pour nous ; nous récupérons des données des ERP, des MES, des GMAO, on peut envoyer des données vers un certain nombre d’outils également (visualisation, dataviz…). On a besoin que ces briques fonctionnent entre elles : on arrive assez facilement à se connecter sur l’aspect données. On arrive à fonctionner avec les systèmes existants, on arrive à se connecter et ouvrir notre API vers d’autres systèmes.

Une des caractéristiques clés des outils numériques de demain , c’est cette interopérabilité : les solutions numériques d’aujourd’hui doivent être architecturées et conçues pour être interopérables, c’est indispensable.

> Qu’est ce qui fait qu’un projet va à l’échec ?

Isabelle

Si l’opérateur ou le technicien ne comprend pas à quoi sert l’outil, c’est une des causes importantes d’échec et une des causes de non adhésion du personnel. 

Cela arrive, car si l’enjeu n’a pas été assez bien cadré ou si on n’a pas suffisamment accompagné, cela peut être une cause d’échec.

Avant d’être dans le numérique, j’étais dans l’industrie et des échecs j’en ai vécu car il n’y avait pas de “sens” à la collecte de telle ou telle données. Si les systèmes ne bouclent pas, s’il n’y a pas la compréhension du sens et de l’importance de la donnée, c’est l’échec garanti.

Malek : Toutes les recommandations que l’on fait, on peut les inverser et on se retrouve avec des causes potentielles d’échec. Par exemple, si l’on ne part pas de la raison d’être et de nos enjeux de performance, on risque de faire des choses inutiles et contre-productives, ou aller à l’encontre de ce qu’on souhaite réellement faire. Il y a un risque de créer des non-valeurs ajoutée, de les ancrer etc.

Au delà de ce point, les principales causes d’échec à désamorcer : 

– Techno push  : le risque est de partir de la techno et essayer de l’infuser dans l’entreprise sans le mettre en regard des enjeux de performance.

– Les moments de bascule entre 2 systèmes : il est nécessaire d’avoir une très grande rigueur sur la donnée quand on passe d’un système 1 à un système 2. On gagne à avoir de la prudence avant de passer d’un système qui fonctionnait vers un nouveau système qui peut présenter des incertitudes. Être accompagné est également un sage conseil.

Anaïs : Les raisons d’échec de projet sont nombreuses. L’enjeu est de partir du besoin, puis il y a la manière dont on va piloter le projet. Il faut s’assurer qu’il y a une adhésion des équipes et qu’il n’y ait pas de rejet.

On peut avoir le meilleur projet, soutenu par la Direction Générale, mais si il n’est pas bien expliqué et implique les personnes, cela crée un phénomène de rejet et génère des peurs (impacts sur le quotidien, sur l’emploi…). Il faut donc l’anticiper dans l’étape de définition.

Malek : Quand on ajoute des outils, on rajoute du travail et des procédures… Il faut donc faire attention à la saturation et essayer de s’assurer qu’on élimine une autre tâche et qu’on réduit la charge de travail au global.

Anaïs : Dans l’adoption de l’outil, il faut s’assurer qu’on supprime bien les outils précédents, pour ne pas multiplier les fichiers (exemple : GED avec une multiplicité de fichier). La mise en place de l’outil est certes importante mais l’accompagnement par la suite est clé pour s’assurer que les processus ont bien été adaptés.

> Quelles sont les 1ères questions posées par un industriel ?

Isabelle

D’abord, une industrie qui nous fait venir a déjà une intention. On arrive donc sur un terrain ouvert et on imagine que notre solution peut répondre à un enjeu déjà identifié. Quand on présente l’outil, des questions simples : 

  • Combien de temps ça prend ?
  • Combien ça coûte ?
  • Comment impliquer les équipes ?

Avec l’IT client, on va parler des systèmes existants qui doivent être pris en compte et on va aller dans le détail plus technique.

Si l’enjeu de la numérisation est bien identifié, les questions tournent essentiellement autour du temps de mise en œuvre, du coût et de l’implication des équipes.

Concernant le choix des outils, il y a pléthore de fournisseurs et beaucoup de solutions, est-ce qu’il y a des guides de bonnes pratiques ou une aide au choix du bon outil?

Malek : Il y a un tri à faire selon ce qui répond au besoin, de quelles fonctionnalités on a besoin… Ensuite c’est bien d’être accompagné par des consultants pour recommander une solution permettant de réussir à se repérer et faire des choix avec l’aide d’un œil objectif. 

Un aspect important est de bien calibrer en termes de gestion, de reposer la question de l’efficacité, du ROI, du bien-être dans l’entreprise… Il ne faut pas perdre de vue l’équation économique en cours de projet.

> Cela prend combien de temps pour mettre en place un projet de numérisation ?

Malek : Il y a une grande dispersion immense entre les différents projets de numérisation : de quelques semaines à plusieurs années.

Anaïs : Cela dépend de ce qu’on va mettre en place. Des projets sur 2 à 3 mois à 1 à 2 ans si on va du choix de la solution, à l’implémentation jusqu’au suivi de l’adoption. 

> On est confronté à un contexte particulier : le coût des énergies, des pénuries de certains composants…, comment faire face ?

Isabelle : Dans cette situation, on est confronté à des problématiques de ressources, de coûts d’énergie, de recrutement, plutôt que de chercher à investir dans plus de matières, il vaut mieux se poser des questions comme : est-ce que je peux mieux utiliser ma matière ? Est-ce que je peux moins consommer d’énergie ? 

Donc tous ces projets d’amélioration de performance et d’optimisation de performance sont d’autant plus intéressants et pourront apporter des réponses, plutôt que de chercher plus de matières / énergies. On va consommer moins, dégager de la capacité supplémentaire et aider les industriels dans cette logique. 

“Les outils orientés “progrès” sont extrêmement intéressants en termes d’économies d’énergie et de matière, d’optimisation de l’utilisation des compétences humaines et d’amélioration des processus. Cela fait sens dans le contexte actuel de pénurie globale.”

Malek : Les fabricants de robotique peuvent avoir une inflation sur les prix et les délais. Le système d’information peut aussi être planté dans une situation de forte fluctuation.

Anaïs : On pressent un retour de bâton post pandémie. Certaines entreprises sont à risque avec la fin des dispositifs. Il y a beaucoup d’inquiétude dans la gestion du quotidien, avec des prix de commande et de vente qui ne s’accordent plus et de l’insatisfaction client. On travaille en ce moment sur la gestion de la tréso et des en-cours avec des outils très financiers pour améliorer les prévisions de vente et gérer le cash, moins sur la transformation des usines.

#GIParis22

Atipik Solutions, partenaire IoT d’Orange

IoT Journey, un écosystème de partenaires au service des projets IoT. Comment améliorer les performances ? Comment accompagner les entreprises vers la transformation digitale ? Orange et son réseau de partenaires proposent un ensemble de solutions complètes.

L’industrie 4.0 fait face à de nombreux enjeux :

Améliorer la rentabilité des entreprises, optimiser la production, passer plus vite de l’analyse à l’action, motiver les équipes, digitaliser pour faciliter le travail de chaque collaborateur, impacter positivement en considérant les économies de ressources.

L‘IoT s’inscrit ainsi dans une démarche collaborative entre l’humain et le digital, pour améliorer le travail de chacun et des équipes et ainsi booster la performance.

Découvrez notre solution disruptive et collaborative sur le marché des logiciels de pilotage de la performance.

La première rencontre entre Atipik solutions et Orange a eu lieu sur le salon SMART INDUSTRIES à Lyon en mars 2019. Ensuite, plusieurs rencontres ont été organisées pour évaluer la possibilité de construire une offre commune. Les deux entreprises ont construit un support commun pour évaluer l’écho en interne Orange Business Service. Un assessment technique et une étude Go To Market (équipe de Lyon) ont également commencé en mars 2020.

En décembre 2020, Atipik solutions a participé à l’événement Orange « Anticipation club IoT ». Ils sont ensuite été candidats au « Datavenue Challenge » en mars 2021.

Cette collaboration permet d’offrir un outil innovant et « métier » sur les axes « optimiser votre production » et « faciliter le travail de vos agents ». Mais aussi, d’ajouter de l’analytics sur les data collectées, de mettre en place de la connectivité hors et dans l’usine, de garantir la cyber sécurité et de proposer un hébergement Cloud français.

Elle permet également la mise en place de terminaux mobiles (tablettes, smartphones) et d’un pilotage global partout dans le monde.

Découvrez l’ensemble de l’article en suivant ce lien.